Méthode de rééducation des centres régulateurs du système nerveux central

 

LA CULTURE PSYCHO-SENSORIELLE (C.P.S) Quertant intéresse directement le cerveau. Elle comble le vide qui sépare la neurophysiologie de la psychothérapie. Elle explique l'origine de nombreux désordres fonctionnels en termes de mauvais fonctionnement des centres nerveux régulateurs situés à la base du cerveau et du tronc cérébral. Elle permet un examen objectif des causes de ces symptômes et offre un moyen efficace et sans danger de les supprimer. Enfin, se trouve réalisée l'idée du physiologiste Claude Bernard, lequel écrivait en 1858 : « En apprenant à manier ces organes nerveux et qui servent de régulateurs aux fonctions, la physiologie nous donnera des moyens d'action sur les manifestations les plus élevées des êtres vivants. » (10éme leçon sur la Physiologie et la Pathologie du Système Nerveux).

Un déséquilibre nerveux peut être source d'un décalage entre ce qui est la réalité objective et notre perception de cette réalité. Or, un nombre croissant de personnes souffrent de perturbations de leur système nerveux central. L'existence d'un tel déséquilibre se traduit dans les trois domaines : vie sensorimotrice, vie neuro-végétative, vie psychique, avec prédominance de troubles dans l'un de ces domaines, mais les deux autres sont généralement aussi affectés.

VOIE D'ACCES DE LA CULTURE PSYCHO-SENSORIELLE QUERTANT: De nombreuses expériences (Stériade, 1969) ont montré l'existence de relations très étroites entre la voie oeil-nerf optique et les centres régulateurs : Formation Réticulée et Hypothalamus. En 1935, Roussy et Mosinger révélaient l'existence de réflexes neuro-endocriniens et de réflexes hormono-nerveux. Ils découvraient les fibres nerveuses reliant la rétine à l'Hypothalamus. D’autre part, l'appareil optique est un appareil complet. Les mouvements oculaires, signes traducteurs de l'activité neuromotrice, sont très nombreux, variés, et d'une précision qu'aucun mécanisme réalisé par l'homme n'égale.

Par la vision on peut accéder aux fonctions inconscientes, involontaires, comme aux fonctions motrices conscientes, volontaires. On possède un ensemble remarquable d'éléments permettant de contrôler et d'exercer tous les centres régulateurs des vies sensorielle et motrice, neurovégétative et psychique. Pour ces multiples raisons, la C.P.S QUERTANT utilise la vision pour un contrôle et une pédagogie. Elle repose sur la découverte fondamentale de Georges QUERTANT selon laquelle les sujets atteints de troubles fonctionnels sont incapables de voir normalement une image-test dans sa réalité objective, alors que les sujets non atteints y parviennent.

LA MÉTHODE

La C.P.S QUERTANT est composée de deux parties :

- L'examen psycho-sensoriel (EPS)

- La phase éducative (CPS proprement dite)

On utilise un ensemble de huit appareils qui peuvent produire selon les réglages effectués plus de six cents images-tests différentes. Le sujet soumis à l’examen ou à l'entraînement est prié de porter son attention visuelle sur l’image utilisée pour l’exercice. L'unité oeil-nerf optique envoie, d’une part, une excitation sensorielle aux centres nerveux relais où elle est transformée avant d'être transmise plus loin, vers les aires corticales où se forme l’image et d'autre part, aux centres nerveux régulateurs. Une fois l'attention fixée sur l’image, le reste se déroule sans intervention de la volonté ni de la conscience au niveau des centres nerveux.
Les images servant d'exercice au cours du travail sont destinées à envoyer une excitation définie vers les centres nerveux.
L'image visuelle perçue est le résultat combiné de la réponse de l’oeil sous forme de mouvement, et du phénomène visuel de sortie du centre nerveux. L'image visuelle normale correspond à la réalité physique de l’image présentée dans l'exercice. Les déviations des images visuelles normales et l’instabilité possible de telles images sont les signes objectifs par lesquels on apprécie le mode de fonctionnement des centres nerveux régulateurs.

Quelques questions complémentaires

R - 1) La C.P.S QUERTANT ne peut agir que sur des désordres fonctionnels, et non sur des troubles organiques (lésion, infection, malformation). On doit souligner que les symptômes des désordres fonctionnels et des troubles organiques sont quelquefois si semblables que seul un examen médical peut les distinguer. Aussi la collaboration entre le médecin et le spécialiste de C.P.S est-elle essentielle dans de tels cas.

2) La C. P. S QUERTANT ne donne ses pleins effets qu'à la condition de suivre régulièrement et jusqu'à son terme l'apprentissage nécessaire. L'arrêt en cours de travail annule les effets qui pourraient être obtenus.
Q - Y a-t-il des contre-indications à suivre la C. P. S QUERTANT?
R - Aucune. La méthode ne peut engendrer d'effets secondaires nocifs, puisqu'elle va dans le sens d'un retour à la norme. Le corps médical n'a jamais élevé de plainte à ce sujet. Ne sont employés ni médicaments, ni procédés chirurgicaux, ni systèmes de lentilles optiques.

Q - Peut-on bénéficier de la C.P.S QUERTANT même si l'on a une mauvaise vue ?
R - La qualité de la vue n'a pas d'influence. Les faisceaux lumineux dans les images sont de dimensions assez grandes pour que même un sujet possédant une mauvaise vue les voie. Les lettres et les nombres qui figurent dans les cercles éclairés n'ont pas besoin d'être perçus nettement, ils sont là essentiellement pour distinguer un faisceau d'un autre.

Remarque importante :

Rappelons que la C.P.S QUERTANT, bien que mettant en jeu les yeux, n’a pas de rapport avec les méthodes destinées à corriger la vue. Le Professeur Chauchard l'exprime ainsi : "S'agirait-il donc d'une variante de méthode orthoptique de rééducation visuelle concernant l'ophtalmologie ? Nullement et il est juste que le qualificatif de visuel ne figure pas dans la dénomination car l'oeil n'est ici qu'un moyen commode pour atteindre un but général".
Afin d'éviter toute confusion entre les buts et les moyens différenciant la C.P.S QUERTANT de toute rééducation visuelle, il nous faut préciser : L'examen psycho-sensoriel est destiné au dépistage des troubles fonctionnels des centres régulateurs de la base et du tronc cérébral, dans un esprit cybernétique, les organes des sens étant sains et normalement constitués. Dans le cas contraire, le sujet est adressé à un ophtalmologiste dont les directives sont suivies.

CLASSIFICATION DES TROUBLES FONCTIONNELS

Le bilan s’effectue par le bais de trois types d’appareils avec chacun une distance donné.
1 – La vision de loin : en lien avec le système sensori-moteur.
2 – La vision intermédiaire en lien avec le système neurovégétatif et endocrinien.
3 – La vision de près en lien avec le système cognitivo-comportemental, le psychique.

La 1ère catégorie de dérèglements est en rapport avec le système sensori-moteur qui concerne notre relation avec le monde extérieur, la motricité et les organes des sens. Les troubles associés sont : strabisme fonctionnel, hypersensibilité, hyperesthésie (bruit, lumière), contractures musculaires, troubles du comportement (timidité, susceptibilité, colérique), tics, troubles en Dys (notamment Dyslexie, Dyspraxie du fait du lien avec système extra pyramidale), troubles de la posture.

La 2ème catégorie de dérèglements est en rapport avec le système neurovégétatif. Le nervosisme se répercute à ce niveau sur l'ortho- et le parasympathique avec pour conséquence des troubles métaboliques et humoraux à expression cardiovasculaire, endocrinienne, digestive, respiratoire, tégumentaire: Céphalées, Insomnies, Somnolences, fatigues au réveil, Certains vertiges, Troubles digestifs et alimentaires (boulimie, anorexie, cachexie, aérophagie), Troubles respiratoires (dyspnée), Troubles cardiaques (tachycardie, bradycardie, extrasystoles, syncopes, fausse angine de poitrine), Troubles sexuels (frigidité, impuissance), Dérèglements hormonaux de la puberté et de la ménopause, Règles douloureuses, irrégulières, trop abondantes, Suites d'hystérectomie (bouffées de chaleur), Troubles intestinaux (diarrhée, constipation), Allergies (rhume des foins, prurit, vitiligo, urticaire, anaphylaxie), Spasmophilie, tétanie, Diabète insipide, Tics.

La 3ème catégorie de dérèglements est en rapport avec le système cognitivo-comportemental. Son bon fonctionnement favorise le développement optimal des aptitudes psychologiques et intellectuelles. Les troubles associés sont : Troubles DYS (dyscalculie, dysphasie…), Troubles de la concentration, de l’apprentissage, Troubles de l’attention, Manies, phobies, TOC, THADA, Diminution de la volonté, Perte de mémoire, Syndrome dépressif, Claustrophobie, Insomnies, Cauchemars, Hyper affectivité, Anxiété, Enurésie, Onychophagie.

A la demande de Georges QUERTANT le Ministère de la Santé Publique fit effectuer en 1942 une étude de la méthode : principes neuro-physiologiques, conception des appareils et efficacité. En 1942 le Ministère de la santé ainsi que l’Education Nationale donna son entière approbation, pour les résultats obtenus. Puis en 1952 Georges QUERTANT fut promu Chevalier de la Légion d'Honneur en reconnaissance pour la création de la C.P.S.